sourire de veuve

Blog de rosemitch :aux volets bleus, sourire de veuve

Sourire de veuve

 

Le temps s‘étire comme un vieux chat

Sur mon attente patiente et obstinée

De rhumatisme amoureux.

 

Je sais qu’un jour nous serons rois couronnés

Et que de nos misères

Il ne restera que des pétales fanés.

 

Je sais qu’un jour  il fera très beau temps

Sur nos champs de fleurs et d’épis

Et que nous chanterons ensemble

La joie délicate de nos cœurs retrouvés.

 

Les merles siffleront, les tourterelles roucouleront

Et dans ce concert de l’aube de nos sens

Nous nous effeuillerons lentement

Comme pour nous dire merci  l’un de l’autre

D’avoir osé  nos deuils souriants.

 

Tu es près de moi, déjà

Toi mon cher disparu

Dans mon ciel d’azur

Plein  de bleu à craquer

tant mon cœur ne renoncera jamais

d’être à toi seul. 

A toi seulement.

Michèle Rosenzweig- les vides, les pleins et les déliés -2014

jeudi 16 octobre 2014 10:22 , dans mes poèmes


les vides, les pleins et les déliés

Blog de rosemitch :aux volets bleus, les vides, les pleins et les déliés

suite à la fermeture d'edifree, mon dernier recueil de poèmes a été réédité chez edilivre

 

 

ce sont des poèmes sur le deuil,  l'absence et la solitude avec la vie plus forte qui s'insinue au fil des pages .

vous piuvez en lire des extraits sur edlivre.com

http://www.edilivre.com/les-vides-les-pleins-et-les-delies-20c29e1eab.html#.VD9-xLCsXQM

 

 

jeudi 16 octobre 2014 10:16 , dans mes livres


train train

Blog de rosemitch :aux volets bleus, train train

illustration de michèle rosenzweig pour l'"atelier de l'artisane"2009

 

Train train

 

Petite musique de mon tiroir. Je l’ouvre une fois par jour pour remplir mon journal. Dedans un grand cahier bleu, pour noter ce qui fit ma journée, pensées, rencontres, faits et non faits, dits et non dits. Puis le cahier se referme, et le tiroir se referme. Jusqu’à la prochaine ouverture. Demain. Rendez vous chaque jour avec moi-même. Le temps qu’il fait au baromètre de mon cœur. L’altimètre des hauteurs et des profondeurs. L’horloge fidèle des petites joies, petits soucis. Quelquefois un grand noir, ou un grand blanc dans les noirs sur blanc de mon écriture, un évènement notoire, un bouleversement. Mais si rares. J’avance à petits pas vers un je ne sais quoi. Quelquefois je consigne un repas. Peut être un sursaut de goût ou de dégoût. Tous les jours je consigne un espoir. Pour voir s’il se réalisera.. C’est comme le jour qui se lève et la nuit qui tombe, c’est fidèle, çà a la vie dure, un espoir.

Dès fois la vie m’exauce. Alors je crois en dieu qui pense un peu à moi. Dès fois j’attends encore, çà fait un espoir à consigner, un espoir qui désespère ou qui croit envers et contre tout, çà dépend. C’est comme une marée qui monte et qui descend tous les jours, en fonction de la lune. Avec des horaires, jamais les mêmes, mais qui prennent la peine d’un calendrier. Tiroir de mes amours. Toujours impossibles ou déçus. Qui s’accommodent pas avec le jour le jour. Qui veulent pas de la lumière. C’est pour çà qu’ils sont dans le journal, dans le tiroir. Que des ratés d’amour. Ou des espoirs. Des petites écorchures de rien. Des espoirs qui aiment les larmes. Qui pourrissent d’eux-mêmes. Des fantasmes d’amour, quoi. Qui tricotent avec la réalité. Qui aiment la solitude du journal, au lieu d’une souffrance de mauvais amour, mal digéré. Plutôt l’attente que le va vite et le mal donné. J’ose pas rêver grand. J’ose pas demander. Je consigne. Je consigne.  A la consigne de mon tiroir. A mon tiroir de consigne. Il pleut il vente il y a du soleil sur mon espoir. Cà fait des petites feuilles vertes, minuscules et fragiles. A demain, cahier bleu. Je ferme le tiroir. Petite musique de mon tiroir. Le bois qui glisse contre le bois. La vie qui rabote la vie, la vie qui se frotte à moi

 

 

michèle rosenzweig.L'atelier de l'artisane -2009

 

 

jeudi 11 septembre 2014 01:21 , dans mes poèmes


un site de présentation

Blog de rosemitch :aux volets bleus, un site de présentation

entre deux plongeons sur internet , profitez des vacances pour  visiter mon nouveau site . moins complet que le blog, il présente mes oeuvres d'une manière compacte à l'aide de diaporamas. il s'appelle "plume et pinceau".

voici le lien 

www.michele-rosenzweig.com

 

bonne découverte

dimanche 24 août 2014 13:10 , dans mes manifestations


interview 2

Blog de rosemitch :aux volets bleus, interview 2

illustration à la plume de michèle rosenzweig pour son ouvrage "déclinaison de femmes "qui vient de paraitre chez Edilivre 


Rencontre avec Michèle Rosenzweig, auteure de « Déclinaison de femmes »


Présentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?

Ce sont six histoires de femmes qui vont  de la jeune fille à la vieille dame, à des moments clés de leur féminité. Une prise de conscience à chaque fois.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

 

C’est une interrogation sur ma féminité. J’avoue que les six héroïnes me ressemblent beaucoup. Je pense que je ne suis pas la seule femme à être en dehors des normes de la féminité, et que le lecteur, la lectrice peut s’y retrouver ou y découvrir une profondeur cachée.

A quel lecteur s'adresse votre ouvrage ?

Justement aux lectrices peut être d’abord, mais aussi aux lecteurs parce que le féminisme actuel a bouleversé notre façon de penser et d’être. J’ai voulu présenter des interrogations parce que le féminisme pur et dur ne me satisfait pas et le machisme non plus.

Que symbolise pour vous la féminité ?

La part complémentaire de l’homme  et non sa part rivale. Une façon authentique d’être une femme de nos jours en dehors des clichés. Le droit à la douceur, la beauté, le charme, autrement …..Souvent plus à l’intérieur que l’image que l’on donne avec son physique.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?

Je voudrais que les femmes se trouvent une nature propre hors des conventions sociales, qu’elles osent être elles mêmes, voire différentes,  qu’on les aime pour ce qu’elles sont  et pas des images de magazines, ni des superwomen, ni des caricatures de femmes ( blondes ou femmes au volant par exemple !!)

Comment êtes-vous parvenue à construire ces portraits féminins si authentiques ?

C’est toujours moi que j’ai mis en scène. Moi jeune, moi mûre, moi vieille. D’autres femmes comme ma mère, ma grand-mère, mes amies m’ont aidée à enrichir ces portraits. C’est la vraie vie que je décris.

Quels thèmes vous inspirent le plus ?

Il me semble que c’est la recherche de soi, et en extension la recherche de dieu, de soi dans l’univers.

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Je voudrais dire à mes lectrices que je les trouverai toujours belles pourvu qu’elles soient vraies, et à mes lecteurs qu’ils trouvent en la femme non seulement leur idéal mais leur complément nécessaire tout en le respectant profondément. La femme est pour les hommes un mystère parce quelle ne s’est pas assez dévoilée. Ce livre dévoile une part de ce mystère. Parce que c’est une femme avide d’authenticité qui l’a écrit.

 

 

michèle rosenzweig et Edilivre . août 2014

 

dimanche 24 août 2014 05:56 , dans qui suis je ?


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à rosemitch

Vous devez être connecté pour ajouter rosemitch à vos amis

 
Créer un blog